Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Journée de la Femme : Anne Degraeve, 33 ans, mère au foyer

Journée de la Femme : Anne Degraeve, 33 ans, mère au foyer

le 2 mars 2017

Maman d’une petite fille de deux ans et demi, Anne Degraeve ne regrette pas du tout son choix d’être devenue mère au foyer. Bien au contraire. Portrait.

Titulaire d’un diplôme en  psychologie du langage (bac + 5), Anne Degraeve accompagnait des personnes handicapées en recherche d’emploi, d’une formation ou en reconversion professionnelle. Un métier passionnant qu’elle a occupé pendant six ans. En 2014, la naissance de son premier enfant, Olivia, a bouleversé sa vie. Comme c’est le cas souvent dans chaque famille. Lorsque sa fille a fêté son premier anniversaire, le couple a emménagé à Saint-Brice. C’est à ce moment précis qu’il a décidé, ensemble, que la maman s’occuperait à temps plein de la petite : « J’avais raté ses premiers mots, ses premiers pas... Lorsqu’elle a commencé à m’appeler tata, j’ai compris tout de suite que ce n’était plus possible de la laisser à une assistante maternelle. raconte-t-elle. Si on n’a pas d’autres enfants, je m’en voudrais. » 

Ils ne se sont pas du tout posé la question qui devait mettre sa carrière entre parenthèses : « Mon compagnon gère un restaurant et rentre tard en raison de ses horaires décalés. De surcroît, c’était plus facile pour moi d’obtenir un congé parental ». Cette néo-housewife se sent chanceuse de pouvoir ne pas travailler grâce à son conjoint. « Il est évident qu’il y a des concessions budgétaires à faire mais on s’y retrouve car je n’ai plus recours à une assistante maternelle ni à une femme de ménage, je ne prends plus les transports en commun, je ne déjeune plus à l’extérieur et je m’accorde moins de plaisirs personnels » admet-elle.

Une nouvelle vie a ainsi commencé : « Au départ, j’avais peur de m’ennuyer. Mais une fois qu’on y est, on s’aperçoit que c’est totalement différent de ce qu’on avait imaginé. Être mère au foyer, c’est loin d’être reposant ! On est loin du cliché de la femme qui passe le balai, avec les cheveux hirsutes, en chemise de nuit. Si je veux avoir du temps pour moi, c’est le matin, avant le réveil de la petite. Une fois qu’elle est réveillée, c’est parti pour toute la journée non-stop. »

« Être femme au foyer, c’est prendre du temps pour soi et sa famille. Je suis très fière de vivre les premières années de mon enfant que j’ai désiré et à qui j’inculque les bases de sa vie ».

Chaque jour, Anne Degraeve propose des activités, prépare les repas, réalise les tâches ménagères… « Il faut savoir tout gérer, seule ». Heureusement, elles vont au Lieu d’accueil enfants parents (LAEP), où la mère y trouve le soutien d’autres mamans et sa fille rencontre d’autres enfants. « Lorsque nous nous sommes installés à Saint-Brice, j’ai été très surprise de ce que la Ville a mis en place pour permettre aux parents de se rencontrer. Ce n’est pas le cas dans toutes les communes. L’accueil au LAEP est très chaleureux. On y trouve des tas d’informations et on se sent moins seule. C’est agréable d’y avoir des conversations d’adultes. » convient-elle, en souriant. Souvent, elles bouquinent à la bibliothèque des jeunes, jouent à la ludothèque ou vont voir des expositions. Sans oublier la babygym ! Une vie sociale bien remplie et différente de celle d’une femme active : « On tisse du lien social avec les gens du quartier : la pharmacienne, la boulangère ou le voisin qui ne travaille pas. On prend le temps. C’est notre luxe ! ».

Très soutenue par son mari dans les tâches quotidiennes, Anne Degraeve se sent privilégiée. Dans son entourage, certaines femmes sont surprises qu’elle soit devenue mère au foyer avec seulement un enfant à charge. Pour autant, elle assume totalement son choix et se moque du regard des autres : « Être femme au foyer, c’est prendre du temps pour soi et sa famille. Je suis très fière de vivre les premières années de mon enfant que j’ai désiré et à qui j’inculque les bases de sa vie ».

Tous les matins, Anne Degraeve propose des activités à Olivia. Dessin, peinture… Elle lui apprend aussi à compter jusqu’à dix, à utiliser un stylo, reconnaître les lettres de son prénom… Les mères au foyer ont tendance à se mettre plus la pression au sujet de l’éducation de leurs enfants : « Je culpabiliserai si je réalisais que j’ai raté son éducation ! Par exemple, si ma fille oublie de dire bonjour ou si elle fait des bêtises. »

Lorsqu’on lui demande quel est son personnage préféré de la série Desperate Housewives, elle nous répond Susan : « Elle est maladroite mais, au final, elle réussit à s’en sortir. Je ne suis pas débordée comme Lynette, ni égoïste comme Gabrielle et, malheureusement, je ne suis pas aussi bonne cuisinière que Bree ! »

En septembre prochain, Anne Degraeve compte bien reprendre le chemin du travail une fois que sa fille aura trouvé celui de l’école. La première année, elle aimerait avoir une activité à mi-temps, pour que la transition se passe plus doucement pour son enfant. « Même si l’école sera un grand changement pour elle, je ne suis pas trop inquiète car Olivia est très sociable, étant donné qu’on sort beaucoup » confie sa maman épanouie.

Partager cette page