Vous êtes dans : Accueil > Actualités > Rentrée 2017/2018 : le collège de Nézant s’associe au ballon rond

Rentrée 2017/2018 : le collège de Nézant s’associe au ballon rond

le 1 juin 2017

Le collège de Nézant ouvrira une classe à horaires aménagés football à la rentrée 2017/2018, en 6e et en 5e, grâce à un partenariat avec le Saint-Brice football club.

Dans la vie, il y a des challenges qui ne se refusent pas, surtout quand on est passionné par son métier et que seul l’intérêt des enfants prime. C’est en cela que la nouvelle principale du collège de Nézant - en poste depuis la rentrée 2016 - Laurence Mouret, et Djilalli Bekkar, entourés de tout le comité directeur du Saint-Brice football club (SBFC), se rejoignent. Dès octobre dernier, la rencontre a eu lieu pour faire aboutir un projet dans les cartons depuis de longues années, monter à terme une section sport-étude sur Saint-Brice reconnue par le rectorat. « Nous commençons avec deux classes, précise Laurence Mouret, une 6e avec dix-sept jeunes dont deux filles et une 5e, avec huit jeunes dont trois filles. La mixité était un critère indispensable pour que le projet voie le jour.  ». Cette première année sera financée entièrement sur les fonds propres du collège et du SBFC. Mais le jeu en vaut largement la chandelle puisque l’objectif c’est de mettre en place « un projet d’élite et d’excellence qui donne la chance à tous les enfants de Saint-Brice et de communes environnantes de concilier le sport et les études  », souligne Djilalli Bekkar.

Un partenariat gagnant-gagnant

Le collège et le SBFC ont marché main dans la main pour élaborer le projet. Les jeunes et les familles s’engagent donc dans une charte de bonne conduite, sur le plan scolaire et sportif, encadrés par un règlement intérieur. Pour faciliter leur entraînement, les apprentis-footballers auront un emploi du temps aménagé, finiront deux fois par semaine à 15 h 30 pour pratiquer sereinement leur sport et bénéficieront d’un suivi scolaire.
Le collège a donc signé une convention avec le SBFC qui porte notamment sur quelques points précis, à savoir, la gestion des déplacements entre le collège et l’espace omnisports de la Solitude (navette), le suivi des élèves. En effet, un professeur coordinateur se chargera de faire le point sur la vie du jeune au collège et dans le club, sans compter que chaque professeur principal de ces deux classes sera le professeur d’Éducation physique et sportive. De même les élèves bénéficieront d’un suivi médical tout au long de l’année.

Des candidats avec une certaine pointure

Mercredi 3 mai dernier le Saint-Brice football club organisait une journée de sélection. « Cette journée n’était pas forcément dédiée seulement à des tests sportifs , précise Djilalli Bekkar, mais plutôt à un temps d’évaluation. Comme le volet scolaire est aussi important que le volet sportif, cela nous a permis de faire un retour à Laurence Mouret pour appuyer tel ou tel enfant sur ses aptitudes à mener cette future scolarité sport-étude. On a pu évaluer la motivation des enfants, très réceptifs d’ailleurs au discours ».
Car dans le « deal » entre le jeune et le collège, celui-ci doit être exemplaire dans son travail et son comportement. Si ce n’est pas le cas, le jeune pourrait être sanctionné et se voir priver de matchs par exemple. Un bon leitmotiv pour ces sportifs passionnés du ballon rond !
Une commission s’est donc réunie pour choisir les heureux lauréats de cette première année 2017/2018, en prenant en compte tous les critères et tous les avis. Ainsi, près de 70 % des jeunes sélectionnés sont Saint-Briciens. Des potentiels prometteurs pour le Saint-Brice football club et pour le collège, des jeunes élèves avec un bon niveau. Une vraie valeur ajoutée pour toutes les parties.
« À terme , conclut Laurence Mouret, nous espérons couvrir les quatre niveaux et faire labelliser cette section sportive, ce qui est une vraie valeur ajoutée pour le collège, le SBFC et bien sûr la ville . Ce projet doit devenir pérenne, sans que des intérêts personnels ou des changements d’individus remettent en cause la continuité de la nouvelle section sportive. »

Interview

Djilalli Bekkar, responsable technique et entraîneur de l’équipe seniors A

Comment est né le projet de classes sportives au collège ?

Quand je suis arrivé au Saint-Brice football club en 2011, le club avait collaboré auparavant avec le collège. Le président José Luis Bandeira m’a alors confié pour mission de relancer ce partenariat avec pour objectif de créer une section sportive. Cependant, il y avait au préalable d’autres priorités pour mener à terme ce projet, notamment en restructurant l’école de foot (6-13 ans). Après trois d’expérience, nous avons repris contact avec le collège pour mettre en place cette section sport-étude. À l’époque, je n’étais pas en charge du dossier, mais visiblement il y a eu plusieurs difficultés qui ne permettaient pas de faire avancer le projet. J’ai repris le dossier pour le faire aboutir car cela nous tenait vraiment à cœur, mais malheureusement, j’ai abordé Mme Tison, la principale du collège de Nézant, sur sa dernière année d’exercice, ce qui n’était pas la période idéale. Aussi, dès la rentrée 2016, j’ai très vite rencontré la nouvelle principale, Madame Mouret. Dès octobre 2016, nous avons échangé à plusieurs reprises pour esquisser les contours du projet.

Quels sont les autres obstacles que vous avez pu rencontrer pour monter ce projet ?

La taille de la ville peut être un obstacle. Il faut savoir que dans le Val-d’Oise, il existe seulement sept établissements qui ont une section sportive. La plus proche de Saint-Brice, c’est Villiers-le-Bel avec, en plus, une section mixte. Ce projet est difficile à mettre en place car il y a beaucoup de contraintes. Tout d’abord, il faut l’accord des trois parties : le club, l’académie et les instances fédérales. De plus, il faut absolument que la mixité soit intégrée. Ce critère, nous l’avons seulement depuis la saison 2016/2017, puisque pour ma part, c’était un autre de mes objectifs cette année au sein du club, monter une section féminine.
Aujourd’hui, il faut bien comprendre que le club de Saint-Brice-sous-Forêt commence à avoir une certaine notoriété et une vraie place au niveau régional, ce qui n’était pas le cas avant. Notre bon niveau était plutôt reconnu sur le département.
À l’heure actuelle, nos bons résultats, notre fonctionnement et l’image sérieuse et compétente des adultes du club font que nous sommes reconnus auprès des instances. Tout cela donne de la légitimité et du poids à notre projet. Nous avons été entendus, écoutés et soutenus tout de suite. Et cela est aussi très bénéfique pour la ville de Saint-Brice qui est mise en avant. Dans toute la région, il y a peut-être seulement une trentaine de projets comme le nôtre. C’est très peu, en fait.

Justement, quels sont les objectifs de cette section sport au collège ?

Entraînement 01 (Agrandir l'image). Séance d'entraînement

Le club met en place un projet d’élite et d’excellence qui donne la chance à tous les enfants de Saint-Brice et des communes aux alentours de concilier le sport et les études.
Avec la création de l’école de foot, on a vraiment structuré notre club, ce qui permet de faciliter la progression de nos jeunes. Ces dernières années, nous avons ouvert un peu plus le club aux extérieurs pour apporter un peu de renouveau mais aussi pour monter en « qualité ». Cela a été un accélérateur pour notre projet.
Dans les effectifs des deux classes 6e et 5e de la rentrée 2017/2018, on compte à peu près 70 % de Saint-Briciens, ce qui est très bien. On aurait pu avoir d’autres candidats, mais les familles ont préféré maintenir leurs enfants dans un établissement privé plutôt que d’intégrer le collège de Nézant. Car notre objectif commun avec le collège, c’est de garder nos meilleurs éléments. On est vraiment dans un partenariat gagnant-gagnant.
Aujourd’hui, on commence petit avec seulement deux classes car nos moyens sont limités. À terme, le but est de labelliser cette section sportive et de l’ouvrir à tous les niveaux de la 6e à la 3e. Il faudra alors qu’on obtienne des subventions.

Pourquoi, selon vous, le projet a pu rapidement se concrétiser cette année ?

Mon parcours professionnel et mon expérience, puisque j’ai moi-même fait une section sport-études, m’ont permis de porter un discours crédible auprès de Madame Mouret. J’ai apporté  des garanties solides au nom du Saint-Brice football club.

Comment s’est déroulée cette année de collaboration avec Madame Mouret ?

Entraînement 04 (Agrandir l'image). Séance d'entraînement

Porter ce projet ne me faisait pas peur. Le club étant demandeur, j’ai dû montrer à Madame Mouret que je maîtrisais ce type de projet. Dès que la confiance s’est installée, et ce très rapidement, nous avons avancé ensemble chacun dans nos domaines pour le faire mûrir ce projet, un partenariat idéal. Aujourd’hui, on a fait le choix de partir sur les deux premiers niveaux, 6e et 5e, pour se laisser le temps de démarrer en douceur, même si au départ, j’aurai souhaité les quatre niveaux du collège.
Grâce à mon vécu et mon expérience, on a pu définir ensemble la ligne de conduite et les échéances à venir et toute la logistique administrative, comme un règlement intérieur, une charte d’engagement pour les enfants.
Les instances du football se sont déplacées sur le collège. Madame Mouret a rencontré le responsable du district, celui en charge des sections de la région… Avec l’appui et le soutien de tous, nous avons pu donner les garanties nécessaires à la Madame la principale et tout a pu se dérouler naturellement.

Vous avez organisé des journées au club le mercredi 3 mai. Comment s’est passée ce temps de sélection ?

On a accueilli trente-six jeunes pour les classes 6e et 5e au stade Léon Graffin, malheureusement avec un peu de pluie. La journée s’est bien passée, les familles et les enfants étaient tous très impliqués. On a pu évaluer la motivation des enfants, très réceptifs d’ailleurs au discours, comme aux épreuves. Cette journée n’était pas forcément dédiée seulement à des tests sportifs mais plutôt à un temps d’évaluation. Comme le volet scolaire est aussi important que le volet sportif, cela nous a permis de faire un retour à Madame Mouret pour appuyer tel ou tel enfant sur ses aptitudes à mener cette future scolarité sport-étude.

Entraînement 03 (Agrandir l'image). Séance d'entraînement

Si scolairement l’enfant a un bon niveau, qu’il est organisé et qu’il montre de la motivation pour le football, cela veut dire que derrière, il sera apte à mener de front cette future année. On ne parle pas d’ailleurs de surplus d’activité pour l’enfant mais d’un aménagement de sa journée car ces deux classes auront un emploi du temps aménagé (fin des cours le mardi et jeudi à 15 h 30) pour s’entraîner dans de bonnes conditions. Le club viendra les chercher directement au collège en minibus pour ne pas perdre de temps dans les trajets. Les jeunes seront sur le terrain de 16 h à 18 h (petit goûter compris). Au plus tard, ils seront de retour chez eux, pour les plus éloignés, vers 18 h30 pour faire leurs devoirs et se coucher vers 21 h, comme tous les enfants de leur âge.

Que se passe-t-il si l’enfant ne respecte pas ses engagements ?

Un des axes de ce projet, c’est la mise en place de l’aide aux devoirs. Si dès la fin du premier trimestre, les enfants ne respectent pas leur engagement et que le bulletin n’est pas à la hauteur de ce qui est demandé dans cette section sportive, ils pourront être suspendus d’entraînements. À la place, ils devront faire leurs devoirs en étant accompagnés par un encadrant du club.

Parlons un peu de votre parcours ?

J’ai presque 36 ans aujourd’hui. Je ne viens pas de bien loin puisque je suis né et j’ai grandi à Sarcelles. J’ai fait des études en STAPS (Sciences et techniques des activités physiques et sportives). Je me destinais à être au départ professeur de sport, tout en étant à côté éducateur sportif. À un moment, j’ai préféré basculé vers l’entraînement. J’ai passé tous les diplômes nécessaires. N’ayant pas pu m’installer dans la région, je suis partie sur Rouen.
J’ai eu ma première expérience au club de Saint-Brice en 2004/2005 pour encadrer des jeunes. Ensuite, je suis parti en province pour ma carrière de joueur semi-professionnel.
J’ai évolué à Sannois/Saint-Gratien, au Racing club de France en région parisienne, à Compiègne en Picardie et beaucoup en Bretagne du côté de Rennes et de Nantes. J’ai arrêté ma carrière vers 30 ans pour commencer une nouvelle aventure.
En 2011, je suis revenu en région parisienne. À la même période, le club de Saint-Brice cherchait une personne pour donner un nouvel élan et « se professionnaliser » un peu plus. J’ai accepté de relever le défi. Cela a d’abord commencé par donné une exposition aux seniors, et puis petit à petit, dans les autres tranches d’âges. Avec l’aide du président et du comité directeur, nous avons pu améliorer la structure du club sur le plan administratif et financier.

Quelle serait votre conclusion ?

Je trouve que notre projet est une vraie valeur ajoutée pour la ville, le club et le collège.
Il me semble que c’est important d’avoir une ou plusieurs associations qui tirent les autres vers le haut. Ça booste tout le monde, c’est une chance. On a tous besoin dans nos vies de locomotives, de challenges à relever.
En conclusion, venez à notre rencontre car tous nos projets sont centrés sur le bien-être de tous nos adhérents. Tous les membres du comité directeur s’investissent énormément pour le plaisir de tous.
Madame Salfati, adjointe au maire en charge des Sports, et M. le maire Alain Lorand font aussi beaucoup pour le club et nous les en remercions.

Merci encore, car par le biais de cet article, notre initiative est mise en valeur, avec tous les acteurs. Ce serait bien de nous suivre l’année prochaine en venant « prendre le pouls » auprès de ces jeunes de 6e et 5e.

Partager cette page