Vous êtes dans : Accueil > Saint-Brice en images > Archives 2016 > Finale de la Coupe de Paris de football - 5 juin

Finale de la Coupe de Paris de football - 5 juin

Devancé par Issy pour la montée en Division d’Honneur, Saint-Brice s’est rattrapé en remportant la Coupe de Paris aux dépens de son principal rival cette saison, à l’issue d’une finale très disputée. La première dans l’histoire du club.

Jusqu’au bout, cette saison aura eu du mal à les départager une bonne fois pour toutes. En Championnat pour un duel de haut vol, Saint-Brice et Issy avaient rendez-vous une ultime fois cette saison à l’occasion de la finale de Coupe de Paris. Si le champion du groupe B de Division Supérieure Régionale pouvait rêver d’un doublé rarissime, le club du Val d’Oise souhaitait franchir une nouvelle étape dans sa belle progression.

Au moment de pénétrer sur cette pelouse qui avait vu Val d’Orge triompher la veille chez les féminines, les visages sont concentrés, avec des joueurs déterminés à conclure cet exercice de la plus belle de manières et succéder au Mée. Des deux côtés, on retrouve notamment les principaux acteurs qui ont fait briller leur club respectif. Le capitaine Zakaria Dlimsi occupe son habituel rôle de pilier défensif et Frédéric Kei s’active seul en pointe du côté d’Issy alors que Steeve Penel commande l’arrière-garde et Mouhamadou Kebe se démène sur le front de l’attaque dans les rangs de Saint-Brice.

Comme attendu, le début de rencontre est équilibré. Mais c’est Issy, plus entreprenant, qui se procure les meilleures opportunités en premier. Par deux fois, les hommes d’Antonio Tavares pensent prendre les devants au tableau d’affichage mais Baptiste Donati, le gardien adverse, effectue des interventions de grande classe pour préserver sa cage. Au terme des vingt premières minutes de jeu, Saint-Brice vient de laisser passer l’orage pour mieux rebondir.

La réplique val d’oisienne ne se fait pas attendre puisque, sur sa première action construite, Saint-Brice ouvre le score grâce à Bilal Daoud (1-0, 27e). Au second poteau, après un centre venant de la droite, l’attaquant est le plus prompt pour propulser le ballon au fond des filets. Djillali Bekkar et tout son groupe le savent à ce moment précis : face à la meilleure défense francilienne cette saison (huit buts encaissés en Championnat), Saint-Brice a peut-être fait le plus dur dans cette finale.

Sans inverser totalement les rôles, Saint-Brice commence à imposer sa loi dans les duels et prendre le dessus physiquement. Mené au score malgré son départ prometteur, Issy est bousculé. Il commence à déjouer et tarde à réagir. A la mi-temps, c’est Saint-Brice qui rentre aux vestiaires avec un certain avantage.   

Au cours d’un second acte dominé par le collectif des Hauts-de-Seine, Saint-Brice résiste, sous les yeux de son président José Luis Bandeira présent sur le banc pour cette grande occasion. Il faut dire que l’inhabituelle maladresse adverse donne un coup de pouce inespéré à une équipe plus motivée que jamais. Malgré quelques frayeurs, c’est tout de même la délivrance au coup de sifflet final. « On a été solidaire sur la fin même si ça a été dur , confirme Djillali Bekkar, l’entraîneur de Saint-Brice. Sur la volonté de jouer et les intentions, c’est mérité. Sur cette finale, on la voulait plus qu’eux. »

Tout en écartant un quelconque esprit de revanche par rapport au Championnat, le technicien perçoit ce trophée de prestige comme un coup d’accélérateur. « C’est une récompense pour booster le travail au quotidien et souder tout le monde. On continue de travailler, c’est un projet au club. Si ce n’est pas cette année, ce sera l’année prochaine pour la montée. Tout un club est heureux et donc moi je suis heureux aussi. »

De son côté, Antonio Tavares reste positif en observant plus globalement le parcours effectué cette année. « Je vais parler comme les supporters en règle générale. Si l’équipe qui a le plus d’occasions mérite de gagner, on mérite de gagner , témoigne le coach d’Issy. Mais on fait une saison fantastique. On aurait aimé gagner mais on est content quand même. Cette défaite ne ternit pas du tout la saison marquée par plusieurs montées. C’est surtout pour les joueurs que ça aurait été une bonne chose… »   Entre la montée pour Issy et la Coupe pour Saint-Brice, cette conclusion de la saison résume bien l’esprit des finales de Coupe de Paris : tout le monde en ressort gagnant…

Source : http://paris-idf.fff.fr/la-ligue/article/un-peu-de-bonheur-aussi-pour-saint-brice

Partager cette page