Vous êtes dans : Accueil > Ville > Histoire de Saint-Brice > Personnalités > Ils ont habité ou séjourné à Saint-Brice > Henri Jeanson dialoguiste

Henri Jeanson dialoguiste

Journaliste, critique de cinéma et de télévision, dialoguiste, scénariste, il fut aussi le polémiste le plus redouté de son époque, un grand tribun du pacifisme et un ardent défenseur de la liberté d’expression

(PARIS 1900 – EQUEMONVILLE / près de HONFLEUR 1970)

Il a épousé en premières noces Marion Delbo, comédienne et romancière. Ils ont emménagé à Saint-Brice-sous-Forêt, à la Tour de Nézant. Il divorce en 1939 pour épouser Claude Marcy, une autre comédienne, parolière et romancière.

Ses Mémoires, 70 ans d’adolescence, pétries de lucidité, de sincérité et d’humanisme, livrent d’abondants renseignements sur l’homme.
Le journaliste a travaillé pour La Bataille, Le Journal du Peuple, Les Hommes du Jour, Cinémonde, le Crapouillot, Combat, L’Aurore, et de façon quasi continue pour le « Canard enchaîné », participant pleinement à la vie politique et intellectuelle de son époque.

Il fut un membre éminent de l’Académie de l’Humour, de l’Académie Rabelais et du Collège de Pataphysique.
Le pacifiste résolu a réclamé hautement la cessation des hostilités au début de la guerre. Arrêté à trois reprises, il a été l’éphémère rédacteur en chef du journal Aujourd’hui, en juin 1940, dont il démissionne rapidement pour marquer son désaccord avec la politique antisémite et collaborationniste mise en œuvre. Il entre alors en clandestinité, travaillant dans l’ombre jusqu’en 1944 à rédiger des articles anonymes subversifs et à poursuivre son intense travail d’écriture de scénarios et de dialogues de films.

Henri Jeanson restera dans l’histoire comme le plus grand de nos dialoguistes et scénaristes de cinéma du XXème siècle.
On le cite souvent pour la justesse de son style et de son humour : « Atmosphère ? Vous avez dit atmosphère ? » (Hôtel du Nord)
« Le capitalisme, c’est l’exploitation de l’homme par l’homme ; et le marxisme, c’est le contraire. »
Mais on peut également le citer pour la justesse et la clarté de ses aphorismes :
« Je ne suis pas sceptique. Je ne crois à rien, mais j’y crois fermement... »
« Pour nous, un poète est un monsieur qui s’efforce de saisir l’eau par poignées. C’est seulement quand il y parvient que le monsieur est un poète. »
Jeanson a écrit les scénarios et dialogues de quarante-trois films français, parmi lesquels :

  • La Dame de chez Maxim’s (1932),
  • Pépé le Moko (1937),
  • Un Carnet de bal (1937),
  • Naples au baiser de feu (1938),
  • Entrée des artistes (1938),
  • Fanfan la Tulipe (1952),
  • Madame du Barry (1954),
  • La Vache et le prisonnier (1957).

Œuvres auxquelles Jeanson a contribué (dialoguiste, scénariste ou les deux) :

  • 1932 : Le Jugement de minuit
  • 1932 : La Dame de chez Maxim’s
  • 1933 : Mariage à responsabilité limité
  • 1933 : Bach millionnaire
  • 1933 : The Merry Monarch
  • 1933 : Die Abenteuer des Königs Pausole
  • 1933 : Les Aventures du roi Pausole
  • 1934 : Marchand d’amour
  • 1936 : Les Amants traqués
  • 1936 : Mister Flow
  • 1937 : Pépé le Moko
  • 1937 : Cargaison blanche
  • 1937 : Un carnet de bal
  • 1937 : Les Rois du sport
  • 1937 : Le Patriote
  • 1938 : Naples au baiser du feu
  • 1938 : Prison sans barreaux
  • 1938 : Entrée des artistes
  • 1938 : Tarakanowa
  • 1938 : Le Drame de Shanghaï
  • 1938 : Hôtel du Nord
  • 1946 : Un Revenant
  • 1946 : Copie conforme
  • 1947 : Les Maudits
  • 1950 : Lady Paname (également réalisateur)
  • 1950 : Pour l’amour du ciel
  • 1952 : Fanfan la Tulipe
  • 1952 : La Minute de vérité
  • 1952 : La Fête à Henriette
  • 1954 : Madame du Barry
  • 1957 : Pot-Bouille
  • 1957 : Le Diable et les Dix Commandements
  • 1957 : Montparnasse 19
  • 1957 : La Vache et le Prisonnier
  • 1959 : Marie-Octobre
  • 1961 : Le crime ne paie pas - sketch L’Affaire Hugues
  • 1962 : Le Diable et les Dix Commandements - sketches Père et mère tu honoreras, Tu ne mentiras point, Tu ne jureras point
  • 1964 : Le Repas des fauves
  • 1965 : Le Majordome
  • 1965 : Pas de caviar pour tante Olga
  • 1966 : Paris au mois d’août
  • 1966 : Le Saint prend l’affût
  • 1967 : L’Homme à la Buick

Texte rédigé par l’association Les Amis du vieux Saint-Brice

Partager cette page