Vous êtes dans : Accueil > Ville > Histoire de Saint-Brice > Personnalités > Ils ont habité ou séjourné à Saint-Brice > Jean-Baptiste Ernest SALEL de CHASTANET

Jean-Baptiste Ernest SALEL de CHASTANET

(PARIS 1816 - PARIS 1875)

Une maison de plaisance à Saint-Brice au XIXème : un marqueur social. Le 89 rue de Paris.

Conseiller Référendaire à la Cour des Comptes, Jean-Baptiste Ernest Salel de Chastanet,  devint propriétaire d’une maison de plaisance à Saint-Brice et exerça les fonctions de conseiller municipal dans la commune de 1852 à 1875.

On retrouve la famille Salel aux environs de 1660 dans l’ancienne province du Vivarais, aujourd’hui l’Ardèche, à Saint-Mélany, petit village des Cévennes ardéchoises.
Presque tous les villageois sont cultivateurs. La vie y est très dure, le climat ingrat, les paysans écrasés d’impôts, c’est la misère et la disette ; il faut partir chercher du travail ailleurs.

En 1710, Louis Salel, ancêtre de Jean-Baptiste Ernest, l’un des nombreux enfants du couple Jean Salel - Marie Gevaudan, trouve un emploi à Chastanet et y fonde une famille.

Deux générations plus tard, en 1771, nait Jean Joseph Salel. L’époque révolutionnaire lui permettra d’avoir un destin exceptionnel et fera de lui une figure importante au sein de la famille Salel. Sachant lire et écrire, il quitte son emploi de sellier pour s’engager dans les armées de la République. Il sert dans l’armée des Alpes, dans celle des Pyrénées, en Italie et monte très rapidement en grade. Après quelques difficultés qui l’éloignent de l’armée un certain temps, il reprend du service en 1806, sert en Pologne, en Espagne, au Portugal. A son retour en France en 1812, il est nommé colonel d’état-major.

L’empire l’avait fait chevalier de la Légion d’Honneur, les Bourbon l’avaient décoré de la Croix de Saint-Louis. Il devient donc tout naturellement le chevalier SALEL. Pourquoi ne pas y ajouter une particule ? Monsieur le chevalier Salel de Chastanet acquiert ainsi toutes les apparences de la noblesse.

En 1814, il épouse Lucie Bourdon ; le couple donnera naissance, le 5 juillet 1816 à Jean-Baptiste Ernest, dont la vie apparait bien plus calme que celle de son père.

Après de bonnes études de droit, il exerce la profession d’avocat, puis s’oriente vers la magistrature, et en 1842, à 26 ans, il est nommé conseiller référendaire à la Cour des Comptes.
La même année, le jeune homme épouse Célestine Foudras, fille de Jean Foudras,  l’un des grands policiers du Premier Empire, que les biographies de J. Fouchéde Jean Tulard et Stefan Zweig  mirent en lumière. Le couple loge dans un hôtel particulier, 74, rue de Provence à PARIS.

Mais il est d’usage, à l’époque, que les grands bourgeois aient « une campagne » aux environs de Paris. Saint-Brice est prisé, surnommé «  le Neuilly du Nord ». Le village comptait 13 grandes maisons bourgeoises. Jean-Baptiste Ernest Salel de Chastanet se met en quête d’un lieu qui sied au standing de sa famille pour y recevoir ses parents et amis.

En 1847, il acquiert au 89 rue de Paris à Saint-Brice une parcelle sur laquelle a été construite au début des années 1820 une belle maison bourgeoise de type Mansart - actuelle Maison Notre-Dame - et dès lors, il n’aura de cesse d’agrandir sa propriété par des achats en 1853, 1856. En 1858, il sera propriétaire de 14 parcelles qui formeront ce parc dit plus tard « parc Saint-Joseph », si lié à notre histoire locale, et qu’il fera aménager en jardins d’agrément, avec bâtiments annexes, dont une petite maison au bord de la route qu’il mettra à la disposition du village pendant 4 ans pour servir d’école des filles. Une partie du parc constitue l’actuel parc Marie-Dominique Pfarr.

En 1852,  Jean-Baptiste Ernest Salel de Chastanet, qui émarge comme faisant partie des plus forts contribuables de la commune, devient membre du Conseil municipal et le restera jusqu’à sa mort en 1875. Il n’a que 59 ans.

Il avait fait de sa demeure de Saint-Brice sa « maison de campagne » durant 28 ans. La maison fut ensuite vendue et connut un autre destin.

Texte rédigé par Nicole Chalard, Les Amis du vieux Saint-Brice

Partager cette page